6 façons de contribuer à la propreté de l’eau

En vaquant à vos occupations quotidiennes – utiliser des produits de nettoyage, promener le chien – vous contribuez peut-être sans le savoir à la pollution de nos cours d’eau déjà en difficulté. Heureusement, il existe quelques moyens incroyablement faciles de réduire votre impact.

1. Examinez attentivement vos surfaces extérieures.

Les eaux pluviales s’écoulent sur des matériaux durs, comme le béton ou l’asphalte, et se déversent dans les collecteurs d’eaux pluviales, emportant avec elles toutes les saletés qu’elles ont ramassées en chemin. Arrêtez ces flux de pollution sur votre propre terrain en utilisant du gravier, des pavés, du bois ou d’autres matériaux poreux chaque fois que cela est possible. Si une surface dure est inévitable (par exemple, dans le cas d’une allée), creusez une tranchée peu profonde le long de la bordure et ajoutez des plantes ou du gravier pour récupérer les eaux de ruissellement avant qu’elles n’aillent trop loin.

2. N’oubliez pas que vos toilettes ne sont pas une poubelle.

Ne tirez jamais la chasse d’eau avec des produits non dégradables, comme les lingettes pour bébé ou les applicateurs de tampons en plastique. Ils peuvent perturber considérablement le processus de traitement des eaux usées et finir par polluer les plages et les eaux. (Qui voudrait marcher sur une plage et marcher dans ses propres déchets ?) Ne jetez jamais non plus vos vieux comprimés dans les toilettes. Apportez-les plutôt à une pharmacie locale qui a un programme de reprise.

3. Et votre évier non plus.

Ne laissez pas la peinture, l’huile usagée, les nettoyants chimiques ou d’autres produits ménagers douteux aller dans l’évier. Ces produits contiennent des ingrédients toxiques (hypochlorite de sodium, ammoniac, formaldéhyde) que nous ne voulons pas retrouver dans nos réserves d’eau. Pour connaître les jours et les installations de collecte des déchets dangereux, contactez votre service local d’assainissement, de travaux publics ou d’hygiène du milieu.

4. Ramassez les crottes de Médor.

Vous n’êtes pas seulement un bon voisin. En ramassant les déjections de votre animal, vous évitez que ces déchets chargés de bactéries ne se retrouvent dans les égouts et les réserves d’eau. La méthode d’élimination la plus pratique et la plus respectueuse de la planète consiste à ramasser les crottes dans un sac en plastique recyclé et à les jeter à la poubelle, mais vérifiez les réglementations locales.

5. Soyez un propriétaire de voiture plus prudent.

Un bon entretien peut réduire les fuites d’huile, de liquide de refroidissement, d’antigel et d’autres liquides nocifs qui sont transportés par l’eau de pluie dans les allées ou les parkings et qui s’infiltrent ensuite dans les nappes phréatiques. Vous pouvez même faire un pas de plus en choisissant toujours une station de lavage plutôt que de laver vous-même votre véhicule. Les professionnels sont tenus d’évacuer leurs eaux usées dans les réseaux d’égouts, où l’eau est traitée pour éliminer toutes les substances nocives avant d’être rejetée. Beaucoup recyclent même cette eau.

6. Protégez la qualité de l’eau

Sans les rapporteurs, les pollueurs continueront à agir. Si vous observez un comportement suspect dans votre communauté, mettez-vous en relation avec un groupe environnemental local qui peut vous aider. Lorsque de petites organisations travaillent avec de plus grandes pour obliger les industries à respecter les règles, un véritable changement peut se produire. (Et ça fait du bien).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.